Langage écrit

0 | 10

  • La littérature pour faire grandir

    Joëlle Turin est critique et formatrice en littérature de jeunesse et plus particulièrement dans le domaine de l’album, en lien avec le développement psychique du jeune enfant. Directrice de l’Institut international Charles-Perrault, professeur en sciences de l’éducation, elle participe à de nombreux colloques, assure des conférences, collabore à des revues sur la littérature de jeunesse, assure et organise des sessions de formation. Dernier ouvrage : Ces livres qui font grandir les enfants Ed. Didier Jeunesse

  • Chercher, expérimenter pour progresser

    Michel Fayol est professeur émérite à l’Université Blaise Pascal de Clermont Ferrand. Il est également chercheur au Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive (LAPSCO) du CNRS. Ses activités de recherche portent sur l’acquisition, l’apprentissage et l’utilisation des systèmes symboliques écrits : l’écrit, la numération et le dessin. Il a publié en 2013 « L’acquisition de l’écrit » et « L’acquisition du nombre », deux livres dans la collection « Que sais-je ? » aux Presses Universitaires de France.

  • ENFANTS OUBLIÉS DES VACANCES
    Le 10ème été des bouquins solidaires

    L’éditeur Rue du monde et le Secours populaire organisent comme chaque année l’opération « L’été des bouquins solidaires » Quand deux livres lui sont achetés, l’éditeur offre un album à un enfant à l’occasion de « la journée des oubliés des vacances ».

  • « Du mieux pour la littérature jeunesse à l’école »

    Max Butlen est maitre de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise, IUFM, laboratoire CRTF, fondateur du tout nouveau master littérature de jeunesse à l’UCP.

  • Souleymane Mbodj, le griot passeur d’histoires

    Depuis plus de vingt ans Souleymane Mbodj va d’école en école tel un conteur pèlerin. Guitare et djembé sous le bras il transmet des histoires pleines de poésie, de métaphores et de sens cachés. Rencontre.

  • Stéphane Sevant, un écrivain dans la classe

    Auteur d’une trentaine d’albums et romans Stéphane Servant est tombé tout petit dans la lecture, il en est ressorti auteur de littérature jeunesse.

  • Grammaire : « Des objectifs modestes mais s’y tenir »

    Daniele Manesse, Professeur de sciences du langage à l’université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle.
    « Pas de consensus parce que les résultats des élèves se dégradent. »

  • Grammaire : une démarche réflexive

    "Créer des liens pour gagner du temps." En proposant des passerelles entre les activités, les enseignants aident leurs élèves à concevoir la complexité du réel et à tisser des liens ». Les projets en interdiciplinarité comportent le plus souvent un axe « maîtrise de la langue » qui découle des champs abordés et des dispositifs retenus. Vocabulaire spécifique, lecture de documents, écriture d’une lettre ou préparation de questions orales, par exemple, sont des bénéfices du projet interdisciplinaire tout autant que certains de leurs buts cachés. Ce que montre Annie Camenish, c’est que l’étude de la langue elle-même peut être mise au service de l’objet d’apprentissage, que ce soit au niveau de la formation des mots pour en appréhender le concept ou, par exemple, au niveau de la manière de lire un énoncé de problème pour en faciliter la résolution.

  • Proposer une situation problème à partir d’un album de jeunesse

    Situation problème pour des élèves de CE1 ou de CE2, à partir de l’album de Philippe Corentin « L’ogre, le loup, la petite fille et le gâteau »

  • Comment diversifier les situations de dictées ?

    Comment faire que cet exercice incontournable devienne un support d’apprentissage et non pas une simple évaluation ?

0 | 10

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0