Accueil du site > > Actions - Interventions > Carte scolaire en berne

Carte scolaire en berne

mercredi 24 janvier 2018
Mis à jour le mercredi 24 janvier 2018

La presse régionale se fait l’écho des mobilisations qui ne faiblissent pas dans les départements pour protester contre les fermetures de classes prévues à la rentrée prochaine dans le primaire : florilège.

Les maires ruraux tirent la sonnette d’alarme

L’association des maires ruraux de France (AMRF) par un communiqué du 23 janvier n’accepte pas "que les choix politiques et leur application, bienvenue, du dédoublement des classes pour diminuer le nombre d’enfants scolarisés par classe dans les zones prioritaires, se fassent au détriment des enfants des territoires ruraux". "Il n’est pas acceptable de déshabiller Loïc pour habiller Stéphanie", ajoute-t-il. Lire sur le café pédagogique et le communiqué de l’AMRF.

Eure et Loir : grève annoncée le 26 janvier

Une alerte sociale déposée, un comité technique départemental qui a recueilli un vote unanime en contre des organisations syndicales et un appel à la grève et au rassemblement le vendredi 26 janvier. Ce sont les actions portées par le SNUipp et la FSU au sein de l’intersyndicale pour dénoncer l’insuffisance de la dotation en postes pour faire face aux besoins des écoles. 53 classes menacées qui ont conduit par exemple les parents d’élèves et les enseignants de l’école de Maillebois à passer une nuit à l’école. Une semaine d’action dont s’est fait l’ÉCHO RÉPUBLICAIN et le café pédagogique.

Dijon : mobilisation des élus, des parents et des enseignants

Le rassemblement organisé le mardi 23 janvier devant le rectorat est venu dénoncer les fermetures de postes annoncées pour la rentrée 2018. Avec seulement 7 postes supplémentaires attribués au département cela ne suffira pas en effet à compenser le dédoublement des postes des CP en REP, et CE1 en REP+, estime le SNUipp-FSU Côte d’or. Lire sur LE BIEN PUBLIC.

Pyrénées Orientales : les enseignants entre colère et inquiétude

Alerte sociale lancée le 19 janvier par le SNUipp-FSU 66 en raison d’une dotation largement insuffisante pour le département. Seulement 36 postes alors qu’il en faudrait déjà 76 pour compenser les dédoublements opérés en juin et 300 pour étendre le dispositif à la prochaine rentrée. Les syndicats ont voté unanimement contre cette dotation lors du CTA qui s’est tenu le 22 janvier. A lire sur la Marseillaise.fr

Loir et Cher : un projet douloureux

Avec huit postes en moins à la rentrée prochaine, Le SNUipp-FSU du Loir et Cher s’inquiète pour les classes maternelles en milieu rural et la disparition envisagée de la quasi totalité des "Plus de maîtres que de classes". Un rassemblement est envisagé le 7 février prochain. Lire dans la Nouvelle République.

Hautes-Pyrénées : le bonheur est aussi dans le pré

Le comité technique académique du jeudi 18 janvier à Toulouse a été boycotté par le SNUipp-FSU, le SGEN et FO pour s’opposer à la ridicule dotation de 89 postes pour l’ensemble de l’académie. Une dotation qui conduirait à 11 fermetures dans le département pyrénéen selon le premier document de travail fournit aux élus du personnel. Des annonces qui ont donné lieu à une belle mobilisation des élus et des enseignants devant l’Inspection académique mercredi 17 janvier.

Une mobilisation dont s’est fait l’écho La Dépêche dans son édition du 18 janvier ou encore dans celle du 22 janvier

Vent de colère en Corrèze

Ce sont près de 9 postes qui pourraient être perdus par le département de la Corrèze à la rentrée prochaine. Des mesures qui seront officiellement annoncées le 1er février. Mobilisation des écoles et des parents d’élèves relayée par la presse. France Info Nouvelle-Aquitaine, France Bleu, La Montagne, RadioTotem

Le SNUipp-FSU de la Vienne monte au créneau

Avec une dotation de 0 poste pour l’académie, il sera bien difficile de répondre aux recommandations officielles d’augmentation du volume des remplaçants et du dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+. C’est notamment la prévision de 35,5 suppressions postes sur les 98 "Plus de maîtres" qui fait réagir le SNUipp-FSU. Lire dans La Nouvelle République

Alerte sociale dans l’Aude

Les syndicats de l’Aude craignent le pire pour leur département. Avec seulement 121 postes à répartir sur l’ensemble de l’académie de Montpellier, Le SNUipp-FSU de L’Aude a déposé une alerte sociale afin de permettre aux enseignants qui le souhaitent de défendre leur poste. Dans le Midi Libre et l’Indépendant et LADEPECHE. Cette situation académique a conduit la FSU à tirer la sonnette d’alarme lors d’une conférence de presse : lire sur France bleu.fr

Dans la Loire, pas assez de postes pour faire face

Avec 15 postes de plus à la rentrée prochaine, le département de la Loire ne pourra faire face aux dédoublements promis par la campagne Macron. Ce sont près de 95 écoles qui sont menacées par des suppressions de classes, selon le SNUipp-FSU 42. Une réunion de travail est prévue le 23 janvier prochain. Dans 42info.fr

Lot-et-Garonne : 3 postes seulement

La réaction de la section départementale du SNUipp-FSU ne s’est pas fait attendre suite à l’annonce de trois postes pour couvrir les besoins de la carte scolaire. Dédoublement en REP, travail en direction des élèves en situation de handicap, autant de priorités qui vont conduire à des fermetures pour pouvoir y faire face. Dans Sud Ouest

L’Ariège va perdre des postes

Avec 7 postes de moins à la rentrée prochaine, le SNUipp-FSU et la plupart des organisations syndicales ont boycotté le Comité technique académique du 18 janvier qui n’a pu se dérouler, faute de quorum. Dans La Dépêche .

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0