Accueil du site > > Les apprentissages par domaines d’enseignement > Langage écrit > Comment diversifier les situations de dictées ?

Comment diversifier les situations de dictées ?

Comment faire que cet exercice incontournable devienne un support d’apprentissage et non pas une simple évaluation ?

Ouvrez vos cahiers et écrivez "Dictée".

Je regarde les copains autour de moi. On dirait le départ du cross de l’Humanité. On s’assouplit le poignet, la nuque, on respire profondément, le dos bien plat, certains ferment les yeux, desserrent leur cein­ture de blouse. D’autres s’agitent, s’arrachent la peau des doigts, se trémoussent comme s’ils avaient des fourmis sous le derrière. Ça n’a pas manqué, comme chaque fois, le petit Lucas se prend soudain l’entre­jambe et se lève. « Monsieur ! Monsieur ! - Allez, mais dépêche- toi ! » Moi, j’ai le calme de celui qui va avoir zéro.

  Daniel Picouly, Le champ de personne, chapitre 6, la dictée, extraits, Flammarion

Comment faire que cet exercice incontournable devienne un support d’apprentissage ?

Pour cela il s’agit déjà de se questionner sur son utilité : à quoi sert-elle ?

La dictée doit être avant tout un exercice pour réfléchir sur la langue, pour étudier sa forme écrite. Elle doit amener l’élève à mobiliser des procédures, des connaissances du système de la langue, à construire des « routines » orthographiques, à procéder à des analyses. Plutôt que de faire de la dictée une évaluation qui se révèle au final peu fiable, il s’agit d’en faire une tâche-problème, en installant des dictées qui suscitent la réflexion des élèves

Les démarches et stratégies de relecture d’une dictée doivent être mises en avant et enseignées ;

- la phase explicative des corrections revêt une grande importance, dans l’installation de stratégies,

- la correction de chaque faute par l’élève, le retour individuel sur l’erreur font partie du temps d’apprentissage.

- L’exercice de la dictée est indispensables pour rendre tout entraînement de l’orthographe efficace. Il faut donc en faire fréquemment, régulièrement.

- Pour cela et pour pouvoir travailler les différentes stratégies et enseigner les procédures d’interrogation et d’analyse de la langue, il va falloir varier les types de dictées.

SOMMAIRE

Que disent les programmes ?

Différents exemples de dictées

Les outils et les méthodes

 

 

QUE DISENT LES PROGRAMMES ?

Au cycle 2  : Les élèves sont conduits à écrire (...) sans erreur des mots mémorisés. En relation avec leurs premières connaissances en grammaire, ils sont entraînés à orthographier correctement des formes conjuguées, à respecter l’accord entre le sujet et le verbe, ainsi que les accords en genre et en nombre dans le groupe nominal et à utiliser à bon escient le point et la majuscule. Au CP et au CE1, l’attention à l’orthographe est développée chez les élèves et les moyens de la contrôler sont progressivement mis en place.

Compétence : écrire sans erreur sous la dictée un texte de 5 lignes en utilisant ses connaissances lexicales, orthographiques et grammaticales.

Au cycle 3 : Une attention permanente est portée à l’orthographe. La pratique régulière de la copie, de la dictée sous toutes ses formes et de la rédaction ainsi que des exercices diversifiés assurent la fixation des connaissances acquises : leur application dans des situations nombreuses et variées conduit progressivement à l’automatisation des graphies correctes. Les élèves sont habitués à utiliser les outils appropriés.

Compétence : orthographier correctement un texte simple de 10 lignes en se référant aux règles connues d’orthographe et de grammaire ainsi qu’à la connaissance du vocabulaire

retour au sommaire

 

 

DIFFÉRENTS EXEMPLES DE DICTÉES

 

  • Dictées de syllabes et dictées de mots au CP  : l’apprentissage du déchiffrage et du " doute orthographique ".

- Les premières dictées en CP seront des dictées de syllabes simples, puis des dictées de syllabes complexes. On s’entrainera tous les jours sur l’ardoise ou le cahier de brouillon avant l’évaluation.

Intérêt : s’assurer de la maîtrise de la discrimination auditive et de la correspondance graphophonologique /aider à la segmentation des mots.

- Aux dictées de syllabes seront ajoutées des dictées de mots simples rencontrés dans les lectures. Au fur et à mesure de l’année des accords simples (sujet-verbe ou articles-noms) seront ajoutés. La dictée pourra donc peu à peu s’allonger : une ligne de syllabes, plusieurs mots invariables et une ou plusieurs phrases simples, si la dictée a été travaillée en amont.

  • Dictée de mots et orthographe lexicale en CP :

- Un corpus de mots dont l’orthographe lexicale est à acquérir est fixé par l’enseignant.(il s’agit des mots courants correspondant à ce que 75% des élèves d’une classe d’age parviennent à orthographier, un corpus de mots spécifiquement liés à la classe, les mots invariables, les mots illustrant un phonème...) Sur ces étiquettes, les verbes sont à l’infinitif, les noms sont au singulier, on les fera précéder du déterminant neutre un, une, les adjectifs qualificatifs seront donnés au masculin singulier. Le sens du mot doit être acquis avant d’être mis dans l’enveloppe. On l’inclura dans des phrases à l’oral pour vérifier cette compréhension.

- Chaque élève dispose d’une petite enveloppe blanche de travail contenant 5 ou 10 mots à apprendre et d’une enveloppe marron de taille moyenne contenant le « trésor », les mots écrits correctement trois fois de suite, considérés comme acquis.(Un mot écrit correctement gagne une étoile (astérisque) sur l’étiquette, les mots « trois étoiles » passent dans le trésor et un nouveau mot est ajouté dans l’enveloppe de travail. Le nombre de mots à acquérir est donc toujours identique)

- La veille de chaque dictée de mots, l’enfant emporte son enveloppe de travail et prépare ses cinq mots. Un apprentissage collectif préalable en classe a été réalisé : Vérification de la compréhension

copie du mot

repérage et identification des difficultés du mot

retourner l’étiquette et écrire le mot sans modèle puis vérifier

Mettre les étiquettes à distance de l’endroit où on écrit, l’obligation d’un déplacement va donner du sens à une mémorisation efficace.

On peut aussi écrire les mots à l’aide du clavier

- La dictée de mots : On pourra commencer pour les premières dictées par une dictée magistrale. On essayera de mettre en place au fur et à mesure un travail en binôme avec un élève qui dicte les mots et l’autre qui écrit.

- Pour ce qui est de l’évaluation, on pourra régulièrement mettre en place la révision des mots du « trésor » (1 à 2 fois par période) ;

- Le réinvestissement de ces mots dans l’écriture de phrase, est également important, pour mettre en place également les acquisitions grammaticales. On peut aussi faire à ce moment là une dictée négociée.

 

  • DICTÉE TRADITIONNELLE
  • Exercice réservé aux examens, aux contrôles (barème appliqué pour les fautes d’usage, pour les fautes d’accord…), à l’évaluation sommative…

Aucune aide apportée mais il peut être proposé avant d’écrire soit de revoir leur guide de relecture, soit de rappeler les éléments auxquels il faudra penser.

On peut cibler des objectifs différents pour les élèves : tel élève ne devra plus faire aucune erreur de correspondance phonème/graphème, ….

 

  • DICTÉE TRADITIONNELLE AVEC DOCUMENTATION ORTHOGRAPHIQUE :
  • A la fin de la dictée « traditionnelle », les élèves relisent leur texte en disposant d’une documentation orthographique (dictionnaire, livre de grammaire, tableaux de conjugaison…)

 

  • LA DICTÉE NON PRÉPARÉE

On peut proposer sur la même semaine une dictée préparée et une dictée non préparée. Le texte doit correspondre à ce que les élèves ont déjà travaillé : mots invariables dont l’orthographe est connue, conjugaison déjà étudiée, lexique connu …

 

  • LA DICTÉE PRÉPARÉE

La dictée préparée doit être un enseignement de l’analyse et de la réflexion orthographique.

Première étape : préparation collective Il s’agit d’une phrase (pour les cp), d’un petit texte dont les difficultés correspondent au niveau et aux connaissances des élèves concernés. On variera le type d’écrit. On mettra la dictée au temps de la conjugaison qui viennent d’être étudiés, et y introduira les mots invariables mémorisés.

Le texte est copié au tableau et il est questionné, étudié mot à mot de façon très précise : les accords, les lettres muettes, les mots de la même famille, les stratégies pour écrire un mot (grand-grande)

Le texte est distribué, annoté, et à relire à la maison

deuxième étape : la dictée Le texte est dicté par l’enseignant lentement et en laissant le temps à tous d’écrire. Il est relu, puis un temps est laissé pour la vérification individuelle. On peut guider ces relectures : une première relecture où on ne s’intéressera qu’aux accords du sujet avec le verbe, puis une autre pour les mots invariables …

troisième étape  : la correction

correction individuelle : l’enseignant souligne individuellement toutes les fautes

correction collective : justifications des propositions, travail sur les fautes les plus fréquentes. Correction individuelle

 

  • AUTODICTEE

Suite à la préparation de la dictée, le texte est mémorisé. Et lors de l’évaluation, l’élève écrit seul la dictée.

 

  • LA DICTÉE ENCHAÎNÉE

Travail qui s’étale sur une semaine

lundi  : une phrase est écrite au tableau. Elle est commentée : justification des accords, des terminaisons …. Elle est ensuite cachée et dictée aux élèves. Puis les élèves comparent leur phrase avec celle écrite au tableau et la corrige si besoin. Activité qui dure un quart d’heure environ.

Mardi  : la phrase du lundi est à nouveau dictée et une deuxième phrase est ajoutée, mêmes procédures, explications et corrections.

Jeudi  : ajout d’une troisième phrase

Vendredi  : dictée des 3 phrases de la semaine et évaluation.

 

  • LA PHRASE DU JOUR

Toutes les graphies des élèves sont au tableau. Discussion pour choisir en justifiant les graphies correctes. Il s’agit d’adopter une procédure de recherche

 

  • LA DICTÉE A QUATRE TEMPS 1er temps : le texte court, non préparé, de 2 à 4 phrases selon le niveau de classe est dicté aux élèves, en sautant comme toujours une ligne ; une à deux minutes de relecture individuelle sont laissées ; c’est le premier jet.

2ème temps : l’enseignant ouvre le tableau sur lequel la dictée a été écrite. Muni d’un stylo de couleur chaque élève corrige sa dictée, souligne le mot erroné, le recopie correctement en dessous sur la ligne laissée. C’est bien une autocorrection. Il indique lui-même le nombre d’erreurs dans « le compteur à fautes » dans la marge.

3ème temps : questions et réponses rapides, explications de l’enseignant pour éliminer les derniers doutes.

4ème temps : le tableau est refermé, les élèves tournent la feuille pour écrire au verso. L’enseignant dicte à nouveau le texte. A ce stade les feuilles sont ramassées. L’enseignant prendra en compte le nombre d’erreurs du premier jet, la qualité de l’autocorrection et le nombre d’erreurs de la trace finale dans l’appréciation.

il s’agit d’un entraînement à visualiser, à s’autocorriger, à mémoriser des corrections et leurs explications. Tout est réalisé dans l’espace classe (pas de préparation à la maison) et dans un temps limité (une demi heure). On peut proposer cet exercice deux fois dans la semaine.

 

  • LA DICTÉE A TROUS

Se concentrer sur un problème ciblé (accord sujet-verbe...) Un texte à trous peut être proposé, en donnant les verbes à l’infinitif pour vérifier la conjugaison. Il est possible aussi d’effacer la fin des mots et de laisser les élèves compléter les lettres finales, en traînement à la réflexion à mener sur les accords grammaticaux Ce type d’exercice permet la différentiation

 

  • LA DICTÉE PIÉGÉE

Après avoir étudié au cours d’une période, certains points de grammaire, d’orthographe d’usage, de conjugaison, une dictée contenant dix pièges sur ces points est proposée.

Chaque piège est mis en évidence en étant souligné. Les élèves seront évalués sur ces 10 pièges. Seuls les pièges où ils sont tombés seront comptés.

Cet exercice permet de fixer l’attention des élèves sur des points précis

 

  • LA DICTÉE NÉGOCIÉE au cycle 3

Le texte est dicté, puis les élèves, par groupe, confrontent leur dictée, justifient leurs réponses.( en utilisant si besoin les outils qui sont mis à leur disposition ) Ils se mettent d’accord et proposent ensuite une seule dictée qu’ils recopient sur une seule feuille

Correction collective La même dictée peut être reproposée ultérieurement pour être évaluée.

Permet la confrontation entre élèves pour expliciter les stratégies, les justifications, collaboration, habitudes d’analyse des doutes, entraînement à utiliser les outils.

 

  • LA DICTÉE SANS FAUTE

D’après André Angoujard, dans son livre Savoir orthographier. Il s’agit d’un exercice au cours duquel un texte choisi par le maître est donné à orthographier aux élèves comme la dictée traditionnelle, mais avec une visée d’apprentissage. Il s’agit, en situation d’exercice guidé, d’aider les élèves à renforcer leur compétence de production orthographique.

La dictée se déroule en plusieurs étapes. Le texte a été découpé en plusieurs phrases qui seront analysées successivement. Pour commencer, chaque élève doit écrire la phrase dictée. Puis les élèves se mettent deux par deux, avec leur voisin, pour se corriger. Ils doivent arriver à un accord et donc argumenter.

Ensuite, un élève volontaire vient au tableau écrire la phrase préparée avec son voisin. La correction se fait collectivement à l’oral. Lorsque toutes les phrases ont été commentées et corrigées, c’est la dictée finale, individuelle, qui sera évaluée.

 

  • LA DICTÉE A TRANSFORMER

Réécrire les phrases d’un texte en changeant « le chat » par « les chats » par exemple

 

  • LA DICTÉE RECONSTITUÉE

Le texte au tableau : commentaires sur les difficultés puis les mots correspondants sont effacés.

 

  • LA DICTÉE "CAVIARDÉE"

Les élèves masquent au feutre noir les mots qu’ils sont certains d’écrire correctement. Sous la dictée, ils écrivent à partir de leur texte « caviardé »

 

  • LA DICTÉE AIDÉE

Pendant la relecture, utilisation d’outils (grille de relecture, dictionnaire, répertoire, tableaux de conjugaison)

 

  • LA DICTÉE COMMENTÉE

A la fin de chaque phrase, on arrête La dictée : l’élève en difficulté expose son problème les autres le renvoient à la règle sans lui donner la réponse. Ces rappels pourront être écrits sur le tableau.

 

  • LA DICTÉE DIRIGÉE

La première phrase est lue, les élèves la répètent et la mémorisent oralement. Chacun fait des recherches sur les doutes qu’il a. La phrase est alors re-dictée et les élèves l’écrivent Adopter une procédure de recherche

 

  • DICTÉE AVEC SUPPORT AUDITIF DICTÉE ENREGISTRÉE Vous allez entendre un texte Attention, écoutez une première fois le texte entièrement. Ensuite il sera dicté avec la ponctuation et vous pourrez arrêter, revenir en arrière autant de fois que vous le voulez. Écoute du texte Le texte est terminé. Maintenant revenez au début et commencez à écrire le texte. N’oubliez pas que vous pouvez arrêter, revenir en arrière autant de fois que vous le voulez, le but étant d’éviter de faire des erreurs et d’utiliser le plus possible de documentation comme le dictionnaire, les fiches outils.

 

  • DICTÉE AVEC SUPPORT VISUEL DICTÉE COPIE Privilégier la mémoire visuelle. Restituer un texte, vu et /ou entendu, non appris, par groupe de mots ou membres de phrases. Par exemple : L’enseignant lit le texte, s’assure de sa compréhension. Chaque partie écrite sur le tableau (ou sur de grandes bandes de papier) est montrée pendant un temps suffisamment long pour permettre l’observation individuelle. Une fois cachée, l’enseignant dicte alors cette partie du texte et les élèves l’écrivent.

Evaluation : Le texte est découpé en plusieurs parties, chaque partie, repérée par des épingles à tête, vaut un point. Il s’agit pour l’élève de réussir un maximum de partie : l’épingle est coloriée en vert quand il n’y a aucune erreur dans la partie, en rouge s’il y a au moins une erreur.

Autre variante : Le texte est partiellement écrit sur le tableau, il est complété collectivement (justification des choix orthographiques.) Puis tableau fermé, l’enseignant dicte le texte.

 

  • Synthèse d’une leçon (géographie, histoire) : texte conçu et rédigé collectivement. Au lieu d’être copié , il peut être écrit sous la dictée. Il est masqué et seuls les mots nouveaux restent au tableau. La correction peut être assuré par un échange de cahier.

 

  • D’autres exemples :

http://trukastuss.over-blog.com/art...

http://www.ac-reims.fr/ia51/ien.sez...

http://www.ia93.ac-creteil.fr/spip/...

retour au sommaire

 

 

LES OUTILS ET LES MÉTHODES

 

Les élèves ont des outils à leur disposition (pendant la dictée, pendant la relecture ou pour la correction ) L’utilisation des ces outils est travaillée en classe.

La liste des mots invariables

Le tableau des conjugaisons

Le cahier des règles

Le cahier de mots

Le dictionnaire etc....

Des méthodes sont à installer :

Il s’agit d’apprendre à raisonner sur l’orthographe, d’observer, de se poser des questions, de faire des hypothèses, de tirer des conclusions, de réfléchir sur les erreurs, d’apprendre à anticiper, trouver et corriger les erreurs ....

...d’utiliser des stratégies par exemple pour :

- pour retenir l’orthographe des mots courants : Chercher à décomposer le mot

Chercher à deviner son origine (étymologie)

Chercher un mot de la même famille (racine)

Mettre au féminin

- Conjugaison

Changement de personne pour deviner à l’oreille la solution privilégiée,

Flèche à tracer entre le verbe et son sujet

- Accords grammaticaux

Passage au féminin, au masculin, au pluriel

Lien à tracer entre l’article et le nom

Groupe nominal à faire encadrer

Travail sur les substituts (Celine et moi, irons), (Pierre, Celine et Amine iront)

retour au sommaire

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0