Accueil du site > > Concours > Concours et recrutement : un métier peu attractif

Concours et recrutement : un métier peu attractif

jeudi 27 août 2015
Mis à jour le jeudi 27 août 2015

Une crise de recrutement qui perdure

Les quatre derniers concours de recrutement de professeurs des écoles ont tous été marqués par des postes non pourvus à l’issue des épreuves d’admission. 346 recrutements non effectués à la session 2013, 744 à la session 2014 exceptionnel, 100 à la session 2014 rénové. Et aujourd’hui, 368 recrutements non effectués à l’issue des épreuves d’admission. Soit 1558 postes perdus en deux ans. Le SNUipp-FSU a de nombreuses fois porté au ministère ses exigences pour que des solutions soient trouvées afin qu’aucun recrutement ne soit perdu. En acceptant en cette rentrée des recrutements importants sur liste complémentaire, le ministère ouvre la voie. Le SNUipp-FSU veillera à ce que les recteurs procèdent bien aux recrutements nécessaires.

Mais le problème reste entier pour les académies les plus touchées par la crise de recrutement car elles continuent à perdre des postes sans possibilité de compenser par des listes complémentaires. L’académie de Créteil a perdu 321 recrutements au concours 2015 (694 sur les quatre derniers concours). La Guyane a perdu 15 recrutements en 2015 (90 sur les quatre derniers concours).

Une crise aux raisons multiples

Plusieurs éléments se conjuguent pour construire une explication de la crise de recrutements et chacune de ces raisons nécessite une réponse. On peut distinguer :

  • la baisse du nombre de places offertes aux concours précédents.
  • l’augmentation du niveau de recrutement sans qu’aucune politique volontariste d’accès aux études (pré-recrutements, aide sociale) n’ait été mise en place.
  • les conditions d’entrée et d’exercice du métier et de rémunération qui se sont dégradées. Cette situation doit trouver des réponses concrètes, en particulier pour les académies déficitaires. C’est pourquoi le SNUipp-FSU continue d’exiger avec la FSU une remise à plat de la réforme de la formation des enseignants. L’école a besoin d’une réforme ambitieuse de la formation des enseignants, garantissant le nombre de recrutements nécessaires et permettant à tous les recrutés d’entrer sereinement dans le métier. Il en va de la qualité du service public d’éducation pour tous.
Point de vue du SNUipp-FSU :
Pré-recrutements, sous statut d’élèves-professeurs garantissant une formation rémunérée sans contrepartie de travail, et amélioration des conditions de formation, de rémunération et d’exercice du métier sont indispensables.
SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0