Accueil du site > > Actions - Interventions > COVID et écoles : « du côté de la science »

COVID et écoles : « du côté de la science »

dimanche 15 novembre 2020
Mis à jour le dimanche 15 novembre 2020

Le SNUipp-FSU, dans un webinaire, a souhaité donner à entendre la parole du collectif « du côté de la science » pour faire le point sur la pandémie et son impact dans les écoles. Voici quelques morceaux choisis de l’événement, sous forme de questions/réponses, avec les commentaires du syndicat.

Le collectif « du côté de la science » regroupe des médecins, scientifiques, enseignants et chercheurs qui regrettent l’inertie des autorités sanitaires face à la recrudescence de l’épidémie depuis cet été et qui demandent d’autres protocoles pour les milieux clos, dont les écoles.

Le ministère relaie un positionnement scientifique mais d’autres avis existent, notamment celui de ce collectif, il est ainsi intéressant de pouvoir confronter les avis.

Comment expliquer l’écart de chiffres entre le ministère et d’autres sources ?

Pour le SNUipp-FSU, le ministère minimise les cas de contaminations dans les écoles. Lors de son dernier point de situation, le ministre est allé jusqu’à dire que le chiffre de 3 528 cas positifs chez les élèves était « maîtrisé » par rapport au décompte de la semaine précédente. Il passe surtout sous silence que le dernier point datait du 16 octobre et que les écoles étaient fermées pendant les vacances. Or les cas se multiplient selon Santé publique France et repartent à la hausse tandis que des classes ferment depuis la reprise. Une réalité que peine à reconnaître le ministère !

Les enfants sont-ils vecteurs dans la transmission ?

Depuis le premier confinement, et la fermeture des écoles, tout et son contraire a été dit sur la place des enfants dans les chaînes de contamination. Pour le SNUipp-FSU, les écoles sont bien des lieux de contamination où le virus circule et où le risque zéro n’existe pas. Il ne faut pas occulter cette partie dans la transmission du virus. Pourtant, le ministre de l’éducation s’obstine à nier cette contamination en ne suivant que les avis de la société française de pédiatrie et le Haut conseil de santé publique et en occultant notamment les recherches menées à l’international qui contredisent ce point de vue strictement français.

Quelles protections pour les personnels vulnérables ?

Depuis le 10 novembre, la liste des 11 affections caractérisant les personnes vulnérables a été rétablie. Dans ces conditions, si le télétravail ou des aménagements de poste ne sont pas possibles, tous les personnels relevant de ce droit doivent être placés en autorisation spéciale d’absence (ASA).

Par contre, le gouvernement refuse toujours de prendre en compte la situation des personnels qui ont un conjoint dit “vulnérable”. Et quand ils tombent malades, les personnels subissent à nouveau le retrait d’une journée de carence. La FSU intervient avec constance sur cette situation auprès du gouvernement, sans que ce dernier n’apporte de réponse adaptée.

Les enfants ont-ils un risque à porter un masque ?

Réglementairement, depuis le 2 novembre, le port du masque est obligatoire en permanence pour les élèves dès le CP. Comme sur beaucoup de sujets, si un large consensus scientifique semble se dessiner en faveur du port du masque y compris pour les élèves d’élémentaire, des voix discordantes persistent. Une chose est certaine, l’attitude gouvernementale en la matière depuis le début de la crise n’a pas favorisé la sérénité sur ce débat. De même, l’attitude actuelle de la hiérarchie dans plusieurs départements qui autorise le non-port du masque, en bafouant les textes réglementaires, renforce le trouble. C’est dans cette ambiance que se développe, ici ou là, une prose de groupuscules, parfois extrêmement agressive envers les enseignants, appelant à une désobéissance des parents sur cette question. C’est à notre hiérarchie de voir avec ces familles pour le respect de la loi et non aux directeurs et directrices ou aux enseignants.

Comment se protéger le plus efficacement en classe et à l’école ?

Lien vers la checklist « Du Côté de la Science »

Le premier mode de diffusion du virus se fait par les postillons et aérosols que l’on émet en toussant mais aussi tout simplement en parlant et en respirant. Les aérosols restent en suspension et s’accumulent dans une pièce close. Le port du masque limite mais n’empêche pas complètement la propagation des postillons et aérosols, c’est pour cela qu’il est essentiel d’aérer les salles de classes, de restauration mais aussi les toilettes. Le collectif préconise 3 à 5 minutes d’aération toutes les 20 minutes.

N’est-il pas dangereux d’aller à la piscine ?

La natation à l’école pose de nombreux problèmes qui vont à l’encontre du protocole sanitaire en vigueur, ce qu’a déjà fait remarquer le SNUipp-FSU en CHSCT ministériel. Prendre un bus et partager les vestiaires avec d’autres classes remet en question la limitation du brassage des élèves. Dans les vestiaires, les douches et au bord du bassin, il est impensable de conserver un masque. Par ailleurs, l’activité elle-même, en milieu humide et clos, sans possibilité de maintenir une distance de deux mètres entre nageurs, est contraire au protocole.
C’est pourquoi le SNUipp-FSU revendique le droit à la sagesse et soutiendra les enseignant·es qui souhaiteraient reporter des séances dans l’attente que les conditions sécuritaires soient réunies.

Quels risques et quelle prévention à la cantine ?

Le non brassage des groupes sur les temps scolaires et périscolaires est demandé depuis août dernier par le SNUipp-FSU. Le temps de l’enfant à l’école ne s’arrête pas au seul temps scolaire !

Peut-on continuer à assister à des réunions au sein de l’école ?

D’un point de vue purement réglementaire les réunions de plus de 6 personnes sont autorisées dans le cadre professionnel et dans celui du respect des gestes barrières (distanciation, port du masque…). Pour autant, le SNUipp-FSU a interpellé le ministère afin de demander la suspension des animations pédagogiques et de la mise en œuvre des « constellations ». Quant à la tenue des différents conseils (d’écoles, maîtres, cycles) le SNUipp-FSU revendique que les équipes déterminent elles-mêmes les modalités d’organisation les plus efficientes et sécures.

ALLER PLUS LOIN :
- La vidéo intégrale du webinaire
- Situation des personnes vulnérables
- La FAQ COVID 19 du SNUipp

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0