Accueil du site > > Concours > CRPE 2018 : Le SNUipp-FSU interpelle le ministre

CRPE 2018 : Le SNUipp-FSU interpelle le ministre

mercredi 13 juin 2018
Mis à jour le jeudi 14 juin 2018

Suite à la publication des résultats des épreuves d’admissibilité du CRPE qui montrent que la crise de recrutement perdure, le SNUipp-FSU a adressé un courrier au ministre afin de demander qu’aucun poste ne soit perdu à l’issue des épreuves d’admission.

Pour la 6ème année consécutive, le CRPE pourrait être marqué par des recrutements non effectués. Au concours externe, ce sont 2 académies (Créteil et Versailles) qui ont moins de candidat-es admissibles que de postes à pourvoir. Concernant les autres concours, ce sont 7 académies qui ne font pas le plein : Bordeaux, Guadeloupe, Guyane, Nantes, Nice, Reims et Strasbourg.

Une situation malheureusement prévisible...

Depuis 2013, un total de 2 796 recrutements n’ont pu se réaliser à l’issue des épreuves d’admission. Dès la publication de la répartition des places au concours, en février 2018, le SNUipp-FSU alertait sur la baisse globale du nombre d’inscrit-es par rapport à 2017.

Une situation d’autant plus inquiétante que ce nombre doit être mis en regard du nombre de candidat-es qui se présentent aux épreuves d’admissibilité. Nous ne connaissons pas encore le nombre de présent-es au concours 2018 mais en 2017, seul-es 40,31% des inscrit-es étaient présent-es au concours.

Des mesures contre la précarisation du métier d’enseignant-e

Des rectorats ont déjà annoncé qu’ils feraient appel à des contractuel-les pour l’année scolaire 2018-2019. Le SNUipp-FSU s’oppose au recours à des personnels précaires pour assurer des tâches d’enseignement.

Pour ne pas perdre de postes au concours 2018, le SNUipp-FSU propose :
- de garantir, partout, le recours à la liste complémentaire à hauteur des besoins, y compris pour le concours supplémentaire de Créteil et Versailles
- que les académies déficitaires puissent recourir à la liste complémentaire d’autres académies sur la base du volontariat des stagiaires
- de garantir que les recrutements perdus sur un des concours puissent être abondés par les autres concours.

Il faut également que le concours soit organisé à des dates différentes et dans l’état actuel, pour répondre à l’urgence, le SNUipp-FSU demande que soit étendu le concours supplémentaire aux autres académies en situation difficile (Amiens, Guyane).

Rendre attractif notre métier

Pour rendre le métier attractif, le SNUipp-FSU demande des mesures ambitieuses de pré-recrutement dès l’entrée à l’université, une réelle amélioration des conditions de formation et d’entrée dans le métier des nouveaux enseignant-es, ainsi qu’une revalorisation salariale. Il y a urgence, car il en va de la qualité du service public d’Éducation due à tous les élèves sur l’ensemble du territoire.

LE COURRIER AU MINISTRE

Lire aussi :
- « Comment rendre le métier attractif » le dossier de presse d’octobre 2017
- Le SNUipp-FSU met la formation initiale à la Une

Documents joints

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0