Accueil du site > > Actions - Interventions > Écoles : la nécessité d’un plan d’urgence

Écoles : la nécessité d’un plan d’urgence

lundi 14 juin 2021
Mis à jour le lundi 14 juin 2021

Le SNUipp-FSU, lors d’une conférence de presse, rappelle que les créations de postes pour la rentrée 2021 sont insuffisantes. Cette dotation sert principalement à couvrir les priorités ministérielles : dédoublements des GS en éducation prioritaire, décharge de direction, allègement des classes de GS, CP, CE1... au détriment des autres besoins pour fonctionner et anticiper une nouvelle rentrée sous Covid. Le SNUipp-FSU réclame un plan d’urgence pour le service public d’éducation.

L’année scolaire 2020-2021 s’achèvera dans quelques semaines. L’heure de faire le bilan de la politique ministérielle est venue. Et autant le dire de suite, il n’est pas bon.

Une année compliquée

Déni, impréparation, manque d’anticipation caractérisent la politique menée par le ministère lors de cette année sous COVID. Dès la rentrée scolaire dernière, le SNUipp-FSU demandait un protocole sanitaire suffisamment protecteur, à la fois pour les élèves, les personnels et les familles. Face aux changements successifs du protocole, sans soutien de l’institution, les équipes se sont adaptées et ont fait face.

Le confinement de mars 2020 aura mis en lumière et creusé les inégalités entre les élèves. Les élèves ont été bousculé·es dans leurs habitudes et apprentissages avec pour certain·es une augmentation des difficultés comme des troubles de l’attention ou encore une perte de repères.

La crise a par ailleurs impacté l’école en terme de moyens avec le non remplacement des PE absent·es. La réponse du ministère a été le recrutement d’enseignantes et enseignants contractuels sans recourir aux listes complémentaires. Faute de vivier suffisant, certain·es Dasen ont fait appel aux retraité·es, d’autres ont détourné les enseignant·es des Rased de leurs missions.

Une dotation trompeuse

2489 postes ont été créés pour une baisse de 74 850 élèves. Légitimement, cette dotation peut paraître suffisante au vu du nombre d’élèves en moins mais la plupart de ces postes ont été consacrés aux priorités ministérielles : dédoublement des classes de GS en REP + (704), ou en REP (210), limitation des effectifs à 24 en CP-CE1 hors EP (+241), augmentation des décharges de direction (+482), plan autisme (+54 postes).

1043 postes ont été supprimés dont 506 en école rurale lors des premières opérations de carte scolaire. Quant au dispositif "Plus de Maître Que De Classes", c’est une quasi extinction avec 105 suppressions.

Un plan d’urgence pour l’école

La crise sanitaire rend la prochaine rentrée scolaire incertaine. Pourtant il est indispensable d’anticiper de possibles rebonds épidémiques. L’école doit avoir plus de moyens pour réduire les inégalités, résorber le déficit d’école, aider tou·tes les élèves et fonctionner sereinement

Les médias en parlent

"La crise n’est pas derrière nous au contraire. Il faut réduire les inégalités et résorber le déficit d’école". Le 9 juin, Guislaine David, Régis Metzger et Arnaud Malaisé, co-secrétaires généraux du Snuipp Fsu, le 1er syndicat enseignant du premier degré, font le point sur les créations de postes à la rentrée. Malgré 2289 postes supplémentaires, la rentrée s’annonce mal car les postes sont utilisés pour les priorités ministérielles, comme le dédoublement en grande section de maternelle. Le volume de postes pour les remplacements est insuffisant. Pour le Snuipp, le ministre n’a toujours pas pris conscience de l’impact de la crise sur l’école. Lire l’article complet sur le site du café pédagogique.

“Dans le 1er degré, on voit bien qu’il y a une question de moyens et de personnes, on ne peut pas mettre les élèves à distance, ni les répartir dans d’autres classes, le nerf de la guerre c’est le nombre de postes“, affirme Ghislaine David, secrétaire générale du SNUIPP ce mercredi 9 juin lors d’une conférence de presse consacrée à la carte scolaire de l’école primaire pour la rentrée. Lire l’article complet sur Touteduc

"Le Snuipp-FSU demande "une baisse globale des effectifs" Les plus de 2 000 postes créés l’an prochain dans le 1er degré sont insuffisants, selon le Snuipp-FSU, qui tenait une conférence de presse, le 9 juin 2021 : "des priorités ministérielles vont absorber ces postes", assure Guislaine David. Le syndicat, qui critique notamment la fin du "plus de maîtres que de classes", demande alors "une... Lire la suite sur AEF

C’est le sens du plan d’urgence réclamé pour un service public d’éducation de qualité, sur tout le territoire et une école primaire au service de la réussite de toutes et tous.

ALLER PLUS LOIN :
- Dossier de presse du SNUIPP-FSU

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0