Accueil du site > > Actions - Interventions > Et nous alors ?

Et nous alors ?

mardi 18 décembre 2018
Mis à jour le mardi 18 décembre 2018

Suite aux annonces du président de la République, le SNUipp-FSU propose aux personnels des écoles de s’adresser au ministre pour demander à bénéficier d’une revalorisation salariale en cette période d’étrennes.

Les enseignantes et les enseignants des écoles, pas plus que les autres personnels des écoles n’ont eu droit de cité dans les quelques annonces du président de la République visant à améliorer le pouvoir d’achat des salarié-es.
Mais qu’à cela ne tienne. Puisque l’Élysée a demandé aux employeurs de faire un geste en direction de leurs salarié-es, le SNUipp-FSU propose d’adresser un mail au premier employeur de France, la rue de Grenelle, pour savoir ce qu’elle compte mettre en place pour prendre en compte cette demande venue du plus haut de l’État.
Car non seulement les professeur-es des écoles font partie des enseignant-es les moins bien payé-es de tous les pays de l’OCDE mais elles et ils ont été particulièrement touché-es par dix années de politiques salariales, entre gel du point d’indice et inflation non compensée, qui conduisent aujourd’hui à une perte de pouvoir d’achat équivalent à un mois de salaire par an. De leur côté les AESH gagnent à peine 722€ par mois...

C’est pourquoi le SNUipp-FSU invite les enseignantes, les enseignants des écoles et les AESH, à envoyer un message au ministre pour lui réclamer un « coup de pouce » de Noël, en cliquant sur le lien ci dessous.

Un coup de pouce pour nos salaires à Noël !

Monsieur le ministre,
J’ai bien écouté le président de la République dans son allocution télévisée. Il a évoqué des "solutions" pour améliorer le pouvoir d’achat souhaitant ainsi répondre à une grande partie de la population pour qui les fins de mois sont difficiles.
Je n’ai rien malheureusement rien entendu concernant les salariés de la Fonction publique. Et pourtant nous sommes concernés. Actuellement, un professeur des écoles débute sa carrière à moins de 1 470 euros mensuel avec un bac +5. Et un AESH ne perçoit que 722€.
Dix années de politique salariale entre gel du point d’indice et inflation non compensée conduisent aujourd’hui à une perte de pouvoir d’achat équivalent à un mois de salaire par an.
Il y a bien urgence à augmenter les salaires des personnels des écoles. En tant que premier employeur de France, l’État ne devrait-il pas donner l’exemple ?
Alors Monsieur le ministre, pour cette fin d’année, merci de donner un coup de pouce à mon salaire !

Aller plus loin
- Annonces du président de la République : et la fonction publique ?

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0