Accueil du site > > Organiser sa classe > Organisation et gestion de la classe > La correction

La correction

mercredi 31 août 2011
Mis à jour le mercredi 31 août 2011

Tout écrit, étant support de communication, doit être soigné dans la forme et vérifié. Dans le cadre de cette règle générale, l’enseignant doit vérifier toute copie (leçon, poésie, affichage) des élèves dans les cahiers, classeurs (sauf le cahier de brouillon) afin de corriger l’orthographe et tous les oublis. La copie sans erreur correspondant à une compétence qui doit être maîtrisée par les élèves (copier un texte court sans erreur dans une écriture cursive lisible et avec une présentation soignée-palier1)

CORRECTION DES EXERCICES

Un exemple de démarche

  • Ne pas dépasser 10, 15 minutes de correction collective
  • Commencer ce moment de correction par un rappel par les élèves de ce qui a été appris lors de la séance, quelles connaissances ou compétences étaient en jeu dans les exercices donnés, et un rappel de la consigne.
  • Pendant la réalisation d’un exercice, l’enseignant peut circuler pour apporter une aide ponctuelle, pour vérifier que l’élève réalise un travail soigné.
  • Après l’exercice : Regroupement pour une reprise de la notion et une correction collective rapides de quelques exemples emblématiques.
  • Récupérer les cahiers pour recenser les erreurs, les difficultés. Puis correction individuelle avec des outils à disposition en fonction des erreurs recensées.

On peut imaginer des dispositifs différents selon les élèves pour la correction individuelle :

- Chaque élève récupère son exercice et certains élèves qui ont beaucoup d’erreurs sont regroupés et accompagnés par l’enseignant pour cette correction

Parfois les compétences ne sont pas à la portée de certains élèves, ou les élèves ont tellement d’erreurs et de corrections à effectuer que le travail autonome est irréalisable : l’enseignant peut choisir d’axer le travail de correction de ces élèves sur des points précis, et corriger directement les autres erreurs (Il s’agit alors de focaliser la correction sur certaines erreurs seulement)
- Tutorat  : certains peuvent valider les propositions de correction d’élèves ayant peu d’erreurs

- Activité en autonomie pour ceux qui n’ont rien à corriger Fiches auto correctives

A QUOI SERT LA CORRECTION ?

- Elle doit s’adresser à l’élève et doit donc être compréhensible pour lui (code de correction)

- Elle est une étape du processus d’apprentissage et doit lui permettre de s’impliquer dans ce processus.

- L’élève doit développer, acquérir des méthodes qui vont lui permettre de corriger lui même certaines erreurs. La correction collective doit lui permettre d’acquérir ces méthodes de correction (où chercher l’aide ? Comprendre pourquoi il y a eu erreur ?).L’élève ne doit pas vivre l’erreur comme un échec mais comme une aide à la compréhension.

- La correction sert aussi à l’enseignant pour recenser les différents types d’erreurs afin de mettre en place des situations de remédiation.

QUAND CORRIGER ?

- Une première correction collective à la fin de l’exercice : rappel de la notion et quelques exercices emblématiques ou ayant posés problème.

-  Le matin à l’accueil : correction individuelle avec code de correction et annotations sur le cahier.

- Sur un temps dédié avec des élèves en autonomie et d’autres avec l’enseignant (sur le même type d’erreur)

- Au fur et à mesure de l’exercice  : ceux qui ont fini viennent au bureau pour une correction individuelle, ce qui permet de dialoguer avec l’élève. Mais ce système n’est pas toujours possible et les élèves lents ne peuvent pas en bénéficier. De plus, il ne permet pas à l’enseignant de circuler dans la classe pendant la réalisation de l’exercice, et il peut générer aussi une longue file d’attente et donc engendrer du chahut. On peut contourner ce problème en appelant les élèves un à un quand ils ont fini, et qu’ils sont en autonomie sur une tâche supplémentaire (contrat à la semaine, …)

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0