Accueil du site > > Les acteurs de l’école > Le RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté)

Le RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté)

jeudi 13 février 2020
Mis à jour le jeudi 13 février 2020

Les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté (RASED) contribuent depuis leur création en 1990 à prévenir et à réduire les difficultés durables liées aux apprentissages à l’école que les enseignantes et enseignants ne peuvent résoudre seuls en classe.

Les aides spécialisées peuvent intervenir à tout moment de la scolarité à l’école primaire. Elles permettent de remédier à des difficultés résistant aux aides apportées par le·la maître·sse. Les enseignant·es spécialisé·es peuvent intervenir directement dans la classe, regrouper des élèves, ou apporter une aide individuelle.

Aide à dominante pédagogique (ex maître·sse E) : L’enseignant·e spécialisé·e chargé·e de l’aide à dominante pédagogique, ou maître·sse E, agit au sein même de l’école. Ses missions sont d’apporter une aide directe aux élèves qui rencontrent des difficultés dans leurs apprentissages à l’école, de mener des actions de prévention de la difficulté scolaire, d’être une personne ressource auprès des enseignant·es ou dans le cadre du pôle ressource de circonscription.
L’enseignant·e E collabore aussi avec les parents et les intervenant·es extérieur·es. Après avoir analysé les difficultés et défini un projet d’aide, il ou elle intervient auprès de petits groupes d’élèves dans la classe ou hors la classe.

Aide à dominante relationnelle (ex maître·sse G) : L’enseignant·e spécialisé·e chargé·e de l’aide rééducative/relationnelle propose une approche globale et psycho-affective de la difficulté scolaire d’un enfant où sa singularité est reconnue et respectée. Cela consiste à l’accompagner dans la (re)construction de l’estime de soi, la (re)conquête du désir d’apprendre et de l’autonomie, l’adaptation aux exigences de l’école en ajustant ses conduites corporelles, émotionnelles et intellectuelles, pour un meilleur épanouissement et plus d’efficience dans les apprentissages. Il ou elle met en œuvre un projet individuel élaboré à partir de la demande d’aide de l’enseignant·e en accord avec l’enfant et sa famille.

Psychologues de l’éducation nationale (EDA) : Le corps des psychologues de l’Éducation Nationale a été créé le 1er Février 2017. Les psychologues « éducation, développement et apprentissages ou EDA » exercent dans les écoles primaires, au sein des RASED. Ils et elles remplissent leurs missions d’accompagnement de la difficulté scolaire, des situations de handicap, des risques de décrochage ou des situations de souffrance psychique auprès des élèves, des familles et des équipes éducatives. Ils et elles participent à l’élaboration des dispositifs de prévention, d’inclusion, d’aide et de remédiation.

Les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté (RASED) contribuent depuis leur création en 1990 à prévenir et à réduire les difficultés durables liées aux apprentissages à l’école que les enseignantes et enseignants ne peuvent résoudre seul·es en classe.
Entre la rentrée 2007 et la rentrée 2012, les politiques visant à réduire les postes ont touché directement les dispositifs RASED qui ont perdu plus de 5000 emplois soit un tiers de leurs effectifs.
Si les suppressions massives sont enrayées, la répartition des postes reste très inégale sur le territoire et ils n’ont été que très peu ré-abondés. Malgré une nouvelle circulaire 2014 qui réaffirme les missions spécifiques des trois professions du RASED, il n’y a toujours pas de relance du dispositif. Une réorientation voire un détournement de ses missions vers du simple conseil aux enseignant·es pour le traitement de la difficulté scolaire, n’est pas acceptable.

Le SNUipp-FSU réaffirme son exigence pour la refondation des RASED avec ses 3 composantes pour la réduction des inégalités et des difficultés scolaires par l’intervention directe auprès des élèves et des familles. Ces RASED complets doivent pouvoir être présents partout, au plus près des écoles, sur des secteurs raisonnables tenant compte de spécificités géographiques et/ou de difficultés particulières.

Télécharger le 4p élaboré par le collectif RASED

LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES EN SITUATION DE HANDICAP

  http://www.education.gouv.fr/cid207...
http://neo.snuipp.fr/spip.php?article44
- Le directeur ou la directrice s’assure que la situation de l’élève est connue du médecin scolaire et du psychologue.
- Il·elle réunit une équipe éducative à l’issue de laquelle est prise une décision.
-  Il·elle informe la famille pour qu’elle saisisse la MDPH.(Maison Départementale des personnes handicapées).
-  La situation de l’élève est étudiée à la MDPH et validée.
-  La famille reçoit une notification.
-  L’équipe éducative élabore le PPS (projet personnalisé de scolarisation) sous la responsabilité du directeur.
-  L’enseignant·e référent·e et l’équipe de suivi de la scolarisation interviennent également dans la réussite du parcours en liaison avec la famille.
-  Dans le cas où la MDPH n’est pas saisie par la famille dans un délai de 4 mois, l’Inspecteur d’académie peut intervenir.

L’enseignant·e référent·e  : C’est un·e enseignant·e spécialisé·e. Il·elle exerce les fonctions de référent auprès de chacun des élèves handicapés d’un département afin d’assurer, sur l’ensemble du parcours de formation, la permanence des relations avec l’élève, ses parents ou son représentant légal.
-  Il·elle réunit et anime l’équipe de suivi de la scolarisation (ESS) pour chacun des élèves handicapés dont il est le référent.
-  Il·elle aide les familles, si besoin, à saisir la Maison du Handicap (MDPH)
-  Il·elle apporte aide et conseil aux directeur·trices d’école, aux chef·fes d’établissement : précisions sur les parcours scolaires, besoins scolaires des élèves en situation de handicap. Il·elle est l’interlocuteur principal de toutes les parties prenantes du Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) et veille à sa continuité et à sa cohérence.
-  Il·elle assure une mission d’accueil et d’information pour les familles.
-  Il·elle constitue et tient à jour le dossier de suivi.

Les Accompagnant·es des élèves en situation de handicap (AESH)


L’AESH intervient directement dans la classe de l’enfant handicapé·e.
-  Il·elle aide aux déplacements
-  Il·elle aide pour écrire, manipuler
-  Il·elle facilite et stimule la communication
-  Il·elle aide au développement de l’autonomie et au développement des capacités d’apprentissage de l’élève

circulaire du 3 mai 2017 relative aux missions de ces accompagnant·es

Un grand nombre d’accompagnant·es font le choix d’un autre métier en raison de la précarité subie et il devient de plus en plus difficile de recruter ces personnels qui exercent pourtant une mission essentielle du service public d’éducation. C’est pourquoi, il y a urgence à ce qu’ils et elles bénéficient d’un véritable statut, d’une hausse de leur salaire, d’une amélioration de leurs conditions de travail ainsi que d’une reconnaissance professionnelle.

Documents joints

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0