Accueil du site > > Le système éducatif > Les enseignant-es ont besoin de formation pas d’injonctions !

Les enseignant-es ont besoin de formation pas d’injonctions !

jeudi 26 avril 2018
Mis à jour le mercredi 2 mai 2018

Ce jeudi 26 avril 2018 par voie de presse, Jean-Michel Blanquer dévoilait le contenu de 4 circulaires qui détaillent de façon très précise ses recommandations sur la manière d’apprendre les bases de la lecture, de la grammaire et du calcul. Les professeurs recevront aussi des livrets de 130 pages sur « l’apprentissage de la lecture au CP ». Mais l’acte d’enseigner ne peut se résumer à des recettes simplistes.

Les enseignant-es, recruté-es au niveau master 2 ne sont pas de simples exécutant-es mais conceptrices et concepteurs de leur métier. Comment imaginer que quatre circulaires injonctives, au contenu simpliste vont leur permettre de réduire les inégalités scolaires trop souvent corrélées aux inégalités sociales ? En effet, les élèves issus des milieux populaires payent le prix fort d’un système scolaire parmi les plus inégalitaires des pays de l’OCDE. Les enseignant-es ont besoin d’une formation initiale et continue ambitieuse qui les aident à faire réussir tous les élèves.

Lire ici, le dossier du dernier FSC 1ères classes

Lire aussi : Le ministre fait la leçon aux enseignants

Le guide de 130 pages sur la lecture au CP que vient de diffuser le ministère, quant à lui, signe une volonté de mettre au pas les enseignantes et enseignants.

Lire ici, le communiqué de presse du SNUipp-FSU

Lire aussi : Guide CP : le ministre ne veut voir qu’une tête

Pour décrypter cette actualité, de nombreux médias nationaux se sont tournés vers le SNUipp-FSU . Lire ici : Le SNUipp dans les médias sur les injonctions ministérielles

Pour le SNUipp-FSU, faire réussir tous les élèves, et notamment celles et ceux issu-es des classes populaires, il faut :
- des pré-recrutements dès la L1, rémunérés, sans contrepartie de travail
- un concours, sous condition de licence, placé en fin de L3,
- 2 années pleines et entières de formation, sous statut de fonctionnaire stagiaire, reconnues par un master et cadrées nationalement,
- un temps de classe, pour les fonctionnaires stagiaires, ne dépassant pas 1/3 temps et progressif (observation, pratique accompagnée et responsabilité),
- une entrée progressive dans le métier (1ère année de titulaire à ½ temps en classe et 2ème année en formation continuée),
- l’amélioration du suivi et de l’accompagnement des fonctionnaires stagiaires et une meilleure intégration des maîtres formateurs dans la formation initiale.

Lire aussi :
- Vous aviez dit « École de la confiance »…
- La circulaire qui fera pshitt ?!

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0