Accueil du site > > Organiser sa classe > Programmes et programmations > Programmer les apprentissages

Programmer les apprentissages

mercredi 6 juillet 2011
Mis à jour le jeudi 25 août 2011

PDF - 31.1 ko

 

CLARIFIER QUELQUES TERMES...

REPARTITIONS

En concertation de cycle, on établit une « distribution » des connaissances, des compétences , des attitudes sur les différents niveaux du cycle, en respectant une certaine progression.

exemple : compétence : l’élève est capable d’écrire de manière autonome un texte de 5 à 10 lignes GS : écrire par la dictée à l’adulte CP : écrire un texte court à l’aide des mots répertoires, par emprunt de fragments rencontres dans des lectures, avec l’aide de l’enseignant, puis à l’aide de la combinatoire CE1 : écrire de manière autonome un texte de quelques lignes en respectant les caractéristiques du type d’écrit

En maîtrise de la langue et en math des répartitions sont proposées dans les programmes

 

PROGRESSIONS

Comment vais-je traiter cette connaissance ou cette capacité ? Par quelle étapes faudra t-il passer ? Quelles seront les étapes les plus complexes donc les plus longues ? La progression présentera donc l’organisation logique d’un apprentissage.

Les progressions seront affichées dans la classe, et surlignées au fur et à mesure des apprentissages.

 

PROGRAMMATIONS

La programmation reprend les répartitions et les progressions et y associe la notion de temps. Établir un calendrier sur l’année pour l’acquisition de contenus, de notions, de savoir. (On peut prévoir des ajustements en cours d’année)

Il peut s’agir de mettre en œuvre une programmation en l’intégrant à des projets motivants : cohérence de l’ensemble des activités et donne du sens aux apprentissages.

 

LIENS INTERNET

les programmes

A l’ école maternelle http://eduscol.education.fr/cid4864...

A l’école élémentaire : http://eduscol.education.fr/pid2339...

Progressions et programmations

progressions : documents modifiables http://www.inattendu.org/grape/spip...

progressions cycle 1 : http://www.inattendu.org/grape/IMG/... progressions CP, CE1 http://www.inattendu.org/grape/IMG/...

progressions CE2, CM1, CM2 http://www.ac-reims.fr/ia08/ien.cha...

site eduscol : http://eduscol.education.fr/pid2352...

 

Aborder une notion : construire un MODULE D’APPRENTISSAGE, une séquence d’apprentissage

« Un module d’apprentissage doit permettre à un élève à un élève ou à un groupe d’élèves d’acquérir, à son propre rythme, tout ou partie d’une compétence à partir d’un ensemble de situations d’apprentissage soigneusement conçues et ordonnées. »

de la part de l’enseignant : UNE DÉMARCHE RÉFLÉCHIE :
- Pour chaque compétence de fin de cycle, j’anticipe les objectifs intermédiaires et je les programme
- Avant l’apprentissage, j’évalue (évaluation diagnostique) ce que les élèves savent déjà concernant les notions qui vont être abordées
- Je construit la progression spécifique à cet apprentissage (objectifs intermédiaires) en tenant compte de l’analyse de l’évaluation diagnostique)
- Je mets en place une situation d’apprentissage (cf les phases de la séquence)
- Je mets en place une évaluation formative pour repérer les difficultés individuelles ou collectives, afin d’ajuster mon enseignement.
- J’analyse ces erreurs et ces difficultés et j’envisage des réponses adaptées (collectivement, par groupe ou individuellement)
- J’évalue en fin de séquence le niveau d’acquisition des élèves (évaluation sommative) qui sera identique pour tous les élèves et qui correspond au niveau d’exigence de base de la notion.

Une séquence comporte plusieurs séances : Un schéma possible : évaluation diagnostique-situation problème ou mise en situation-mise en commun-leçon/synthèse-entrainement -Évaluation-remédiation

 

Plusieurs phases dans une séquence :

 

1/ Évaluation diagnostique  : Il peut simplement s’agir d’une phase orale où on récapitule les connaissances déjà acquises. Il peut s’agir d’un exercice pour évaluer où en sont les élèves. Une séance suffit.

 

2/ Phase de recherche, situation problème, phase manipulatoire, activité de découverte : Un problème est posé il s’agit de le résoudre. Si vous avez prévu un travail par deux ou en groupe, prévoir un temps individuel de découverte de l’activité afin de permettre à chaque élève de s’approprier la tâche et de s’engager réellement. On peut prévoir des éléments de différentiation (aide spécifique, outils différents...) mise en commun (une séance spécifique peut être programmée à cet effet si la phase de recherche a été longue)

 

3/ Phase de structuration, d’institutionnalisation : Trace écrite : les réponses des élèves sont organisées pour permettre l’élaboration d’une synthèse. La trace écrite sera une présentation courte et explicite du savoir conforme à l’objectif, à la compétence travaillée. Cette trace écrite constitue un point d’appui pour les apprentissages ultérieurs, et servira de référence et d’outil pour l travail en autonomie des élèves. Elle peut donner lieu à un affichage dans la classe. (une séance)

 

4/ Phase d’entrainement, d’application, d’exercices : Séance (s) de systématisation qui va permettre aux élèves de s’approprier l’outil élaboré lors de la séance précédente : exercices, recherches, problèmes …

 

5/ phase de remédiation Cette phase peut être nécessaire si des élèves ne sont pas en mesure de réinvestir. On peut proposer des travaux de groupe, en présence ou non de l’enseignant.

 

6/ Phase d’évaluation : Cette phase appelle à la suite des activités de remédiation (en classe, en aide personnalisée …)

 

7/ Transfert, réinvestissement : Propositions différées d’autres activités sur la notion pour voir si elle est réellement acquise : l’élève sait y recourir quelque soit le contexte.

 

DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE (séance de découverte, séance d’entraînement, séance de remédiation) :

Quelques conseils : Veiller à alternance entre l’oral et l’écrit Une phase orale d’une dizaine de minutes maximum avant une tâche d’écriture ou de manipulation Veiller à éviter les temps morts Penser la méthode de correction et proscrire tant que possible les séances de correction collective sur la totalité des exercices Éviter les séances trop longues (45 minutes en cycle 3 )

 

Pour chaque séance, on informe les élèves de ce qui est travaillé en terme de compétence, à quelle phase de l’apprentissage on se trouve : recherche, entraînement, évaluation.

GÉNÉRALITÉS : Plusieurs phases dans les séances :

 

1/ Phase de mise en route : Elle situe le domaine ou les domaines travaillés. Elle réactive, remet en mémoire ce qui a été fait lors de séances précédentes. Elle fait rappeler aux élèves les acquisitions déjà réalisées qui pourront être exploitées pour le travail proposé.

 

2/ Phase d’appropriation : C’est l’entrée dans la situation proposée. Les élèves doivent comprendre ce qu’on attend d’eux (le but à atteindre), ils doivent appréhender les contraintes (matériel et temps) et les modalités de travail. On resitue cette séance dans le module d’apprentissage en précisant si on est en phase de découverte, d’entraînement, d’évaluation... Donner aux élèves les critères de réussite, chaque fois que c’est possible, qui leur permettront d’évaluer eux-mêmes la réussite de la tâche demandée.

 

3/ La consigne : Elle doit être la plus précise possible et doit avoir été pensée au préalable afin d’éviter les difficultés. Elle doit être compréhensible par la totalité des élèves. A écrire si nécessaire au tableau. On peut faire reformuler par quelques élèves en leur demandant ce qu’ils ont compris. Si les élèves travaillent en autonomie, la consigne doit permettre de savoir ce qu’il y a à faire, comment on va s’y prendre et quels outils on a à notre disposition.

 

4/ déroulement : Les élèves sont en action : ils observent, ils expérimentent, ils manipulent, ils recherchent, ils effectuent, ils produisent …. L’enseignant observe les attitudes, les stratégies, les difficultés rencontrées pour pouvoir proposer ultérieurement et prévoir des remédiations. Il fait des relances en cas de blocages. Il peut travailler spécifiquement avec un groupe d’élèves qui ont besoin : retravailler la consigne, refaire les liens avec les séances ou séquences précédentes, proposer des manipulations ...

 

5/ Mise en commun : L’observation de l’enseignant lors de la phase de travail des élèves va lui permettre de mettre en évidence les différentes procédures utilisées par les élèves. Confrontation des stratégies. On va organiser les réponses pour aider au travail de structuration.

 

6/ clôture de la séance : On réalise un bilan rapide : rappel de l’objectif, des compétences travaillées. On anticipe sur la séance suivante. Aider les enfants à se situer par rapport aux apprentissages : ce que je sais, ce que j’ai appris, ce qu’il me reste à apprendre ...

Documents joints

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0