Accueil du site > > Le système éducatif > Regards sur l’éducation : la France mal classée

Regards sur l’éducation : la France mal classée

dimanche 15 septembre 2019
Mis à jour le dimanche 15 septembre 2019

Le rapport 2019 de l’OCDE « Regards sur l’éducation » dresse un état des lieux comparatifs entre les systèmes éducatifs de ses pays membres. La France reste mal classée dans plusieurs domaines, notamment au primaire.

C’est un tableau peu reluisant pour la France qu’établit une nouvelle fois la comparaison des données internationales sur les différents systèmes éducatifs. La France reste parmi les mauvais élèves des pays de l’OCDE, notamment s’agissant de son investissement budgétaire dans l’école, le salaire de ses enseignantes et de ses enseignants ou encore les effectifs dans les classes.

Un investissement au ralenti

Si l’investissement de la France dans l’éducation a augmenté, il s’est fait à un rythme moins soutenu que celui de l’ensemble des dépenses publiques. C’est une donnée importante pour évaluer l’importance accordée dans les différents budgets nationaux aux questions d’éducation. Les dépenses par élève restent plus élevées en France que dans la moyenne de l’OCDE dans l’enseignement secondaire mais ce n’est toujours pas le cas dans l’élémentaire. La France dépense l’équivalent de 7 600 dollars pour un élève en élémentaire contre 8 500 pour la moyenne des pays comparables. Ces dépenses ont de plus très peu évolué depuis 2010 avec une augmentation de 1% contre 5% en moyenne dans l’OCDE.

Un salaire des PE peu revalorisé...

Malgré une légère hausse entre 2015 et 2018, le salaire statutaire des enseignantes et des enseignants des écoles françaises reste inférieur à celui de la moyenne des pays de l’OCDE. En début de carrière, les PE perçoivent l’équivalent de 30 872 dollars contre 33 058 pour leurs homologues des autres pays membres de l’organisation. Un écart qui se creuse en milieu de carrière, avec respectivement 37 700 et 45 947 dollars.

... pour un temps de travail supérieur

Le temps d’enseignement en revanche, est plus lourd en France qu’ailleurs. Les PE dispensent 900 heures de classe à leurs élèves quand leurs homologues y consacrent 783 dans les autres pays de l’OCDE.

Des effectifs toujours élevés

En maternelle, le rapport établit une moyenne de 23 élèves par enseignant et enseignante en France contre 16 élèves pour la moyenne des pays de l’OCDE. Un écart un peu moindre en élémentaire avec 24 élèves de moyenne dans les classes française contre 21 élèves dans les autres pays. Des écarts qui restent donc importants et ce, malgré la baisse du nombre d’enfants de 3 à 5 ans depuis 2014. Une situation qui a pu conduire à la mise en place des classes dédoublées en CP et CE1 en REP et REP+, mais qui ne fera guère évoluer la moyenne si la mesure se poursuit au détriment des effectifs des autres classes.

Ce rapport vient une nouvelle fois confirmer le sous-investissement chronique de la France en matière d’éducation au regard de celui dans les pays comparables. Une situation qui doit impérativement évoluer pour à la fois rendre plus attractif le métier de PE et avancer sur la question des effectifs, cruciale pour améliorer la réussite scolaire.

Aller plus loin
- Le SNUipp-FSU sur Europe 1
- Sur France 24

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0