Accueil du site > > Actions - Interventions > Construire l’égalité filles-garçons : un enjeu pour l’école

Construire l’égalité filles-garçons : un enjeu pour l’école

mardi 22 février 2022
Mis à jour le vendredi 18 mars 2022

Différences de réussite, d’orientations scolaires et professionnelles, inégalités salariales, violences et discriminations : le combat pour l’égalité est toujours d’actualité. Et pour le SNUipp-FSU, c’est bien aussi d’éducation qu’il s’agit, d’éducation à l’égalité et contre toutes les discriminations. Pour le syndicat, l’égalité filles-garçons en particulier, doit faire l’objet d’enseignements spécifiques, inscrits dans les programmes et prenant en compte les résultats de la recherche issus des études sur le genre. Chacun, chacune doit pouvoir développer les compétences, les aptitudes, les goûts qui lui sont propres, indépendamment de son genre.

Un outil pour avancer

La brochure réalisée par le SNUipp-FSU présente un état des lieux des inégalités liées au système de genre et aux stéréotypes associés, dans la société, à l’école et également dans la langue. Elle propose des contributions de chercheurs et chercheuses, des reportages, des ressources et des réflexions « pour aller plus loin ». Un outil qui se veut levier d’action pour que l’école progresse sur le chemin de l’égalité, qu’elle remplisse mieux sa mission pour la réussite et l’émancipation de toutes et tous.

Lire ou télécharger la brochure

Mobilisation collective !

Le 8 mars 2022, à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, trois organisations syndicales, la FSU, la CGT, et Solidaires, ont appelé à la grève féministe, dans un arc unitaire très large avec de très nombreuses associations féministes. Elle a mis en avant la question de l’égalité salariale tout en portant l’ensemble des revendications féministes notamment contre les violences sexuelles et sexistes et la nécessité d’une éducation égalitaire contre les stéréotypes de genre.

Lire ou télécharger l’appel

Militer pour une formation initiale et continue qui abordent ces problématiques

Les enseignants et enseignantes, citoyens et citoyennes comme les autres, reproduisent stéréotypes et discriminations dans leur classe et ce, de façon inconsciente comme l’explique l’historienne Muriel Salle dans « Formation des enseignants : les résistances au genre » (2014). Les interactions verbales entre les PE et leurs élèves varient en fonction du genre. Les garçons sont deux fois plus sollicités que les filles, les premiers dans une construction du savoir, les secondes dans un rappel des savoirs acquis, faisant ainsi office d’auxiliaire pédagogique. L’occupation de l’espace est aussi révélatrice de la domination masculine. Les garçons occupent la majorité des cours de récréation, sous prétexte de jeux de ballons. Les filles, réputées avoir des occupations plus calmes, se contentent de rester sur les bords. Seule une formation de qualité, liée à ces problématiques, permettrait de prendre conscience de ces situations, de ces gestes professionnels et de les analyser. L’objectif est bien de cesser de reproduire des pratiques non conscientisées qui contribuent à renforcer les discriminations. Pourtant, aujourd’hui la formation continue ne s’empare pas de ces questions professionnelles, quant à la formation initiale les maquettes universitaires des INSPE sont très hétérogènes. Le SNUipp FSU dénonce les directives du ministre qui orientent prioritairement les actes de formation sur les disciplines maths et français.

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0