Accueil du site > > Actions - Interventions > Grande enquête école et métier : les résultats

Grande enquête école et métier : les résultats

jeudi 7 avril 2022
Mis à jour le jeudi 7 avril 2022

En cette fin de quinquennat, le SNUipp-FSU a entrepris de donner très largement la parole aux personnels de l’école pour élaborer ensemble un bilan de l’état de l’école et du métier. Pendant plusieurs semaines, en partenariat avec l’institut de sondage indépendant Harris Interactive, une grande enquête “École et métier” a été menée auprès des enseignant·es du 1er degré et des AESH de toute la France. Plus de 24 000 professeur·es des écoles et 2000 AESH ont donné leur avis sur la politique éducative menée depuis 2017 et les perspectives à mettre en avant.

Cette consultation portait sur plusieurs axes : fonctionnement de l’école, politique éducative, métier et pratiques, salaires, temps de travail, engagement… Cinq préoccupations majeures ressortent notamment de ces résultats.

Effectifs

La baisse des effectifs au sein de toutes les classes est une mesure plébiscitée comme efficace à 99% pour améliorer les apprentissages des élèves et l’inclusion au sein de l’école.

43 % des enseignant·es déclarent d’ailleurs que les sureffectifs dans les classes sont à l’origine des difficultés rencontrées dans l’exercice de leur profession.

Salaires

La hausse des salaires est la mesure prioritairement plébiscitée pour améliorer la situation professionnelle des personnels. En effet, 77% des enseignant·es comme des AESH attendent une hausse de leur salaire.

Plus de 50% des enseignant·es réclament un plan de rattrapage des salaires, une indexation sur le pouvoir d’achat et une revalorisation immédiate de 100 points d’indice pour toutes et tous (environ 350 € nets mensuels).

Les AESH plébiscitent également la titularisation comme fonctionnaire qui est attendue pour plus de 50% d’entre eux et elles.

Inclusion

L’inclusion est jugée comme mal prise en compte par l’institution scolaire (96% des enseignant·es, 73% des AESH et 53% des français·es).

Pour 54% des enseignant·es, les difficultés rencontrées en classe tiennent à la gestion des situations difficiles et les situations d’inclusions compliquées.

Plusieurs mesures sont plébiscitées par les personnels pour y remédier : allègement des effectifs mais aussi maintien des structures d’accueil spécialisées, recrutement d’enseignant·es spécialisé·es, véritable statut pour les personnels AESH, formation, matériel pédagogique adapté…

Fonctionnement de l’école

Seulement 39% des enseignant·es trouvent que l’école maternelle fonctionne “bien”, et l’on tombe à 26% pour l’école élémentaire.
Les enseignant·es rejettent à 85% la mise en place d’une directrice ou d’un directeur d’école comme « supérieur·e hiérarchique » et plébiscitent au contraire l’organisation actuelle de l’école avec le conseil des maître·sses animé par leur collègue directeur·trice « pair parmi ses pairs ».

Gestion de la carrière des personnels

La loi de « transformation de la Fonction publique » a profondément modifié la façon dont les personnels sont affectés ou promus en en rendant opaques et illisibles les modalités.

Pourtant les enseignant·es démontrent à 96% leur attachement à des règles équitables et transparentes de gestion des personnels (mouvement, promotion…) étudiées en commission paritaire avec leurs représentant·es élu·es.

Plus de 77 % des enseignant·es déclarent accorder leur confiance aux syndicats pour agir en leur faveur.

A une très large majorité, les enseignants et enseignantes estiment ainsi que l’école primaire fonctionne « plutôt mal ». Mais l’élément le plus saillant de cette consultation est la rupture totale avec le ministère : la quasi totalité des personnels (95%) est insatisfaite des relations avec le ministère et l’est également très majoritairement de sa situation professionnelle actuelle (73%).
Ce score est inédit et montre qu’il est urgent de changer de paradigme.

Pour autant, en parallèle de ce regard critique sur l’école, elles et ils montrent un engagement professionnel très fort, que ce soit à travers leurs relations avec leurs élèves et leurs collègues ou à l’attachement aux valeurs caractéristiques de leur métier.

Réalisé en miroir de cette consultation, le sondage Harris grand public montre également un attachement très fort des français·es à l’école publique. Elle fait ainsi partie des 10 thématiques qui vont le plus compter dans leur choix électoral à la présidentielle. Ils estiment par ailleurs à 57% que lors du prochain quinquennat le budget de l’éducation devrait être augmenté.
C’est pourquoi le SNUipp-FSU a interpellé les candidat.es à l’élection présidentielle sur ces thématiques. Il publiera leurs réponses à destination de l’ensemble des enseignant·es et des AESH le mercredi 6 avril.

Les résultats de cette consultation montrent que l’attachement des enseignant·es et AESH à l’école est fort mais que les conditions de travail et les salaires doivent absolument être améliorés. Le SNUipp-FSU continue de porter un projet ambitieux pour une école égalitaire et émancipatrice.

ALLER PLUS LOIN :
- Rapport Harris PE
- Rapport Harris AESH

SPIP | |Nous écrire|SNUipp|FSU | Suivre la vie du site RSS 2.0